Accueil   >   Pages d'histoires   >   Information autour de Neuvic   >   Le Transcorrézien en BD ?


Le Transcorrézien en BD ?

Pages d'histoires






Le Transcorrézien, un tramway à vapeur qui a marqué la Corrèze. Je profite de la sortie en librairie d’une BD très originale sur le thème de notre train, feu, Transcorrézien, pour nous remettre quelques instant dans son histoire. Pas celle du livre... Celle du train. Quoi que ? « Le Mystère du Transcorrézien ». Attention au départ … Limousin, été 1913. La Société des Tramways départementaux de la Corrèze est fière du succès de son petit train desservant, de Tulle à Ussel, les pittoresques bourgs de Haute-Corrèze. Pourtant une partie de la population locale ne voit en ce tramway à vapeur qu’un « train diabolique ». En effet, sur son passage, disparitions et mystérieux événements surviennent au cœur des campagnes. La peur gagne les esprits, la colère monte… À quelques jours de la visite présidentielle, les deux amis Toine et Salers vont devoir mener l’enquête sur ces étranges phénomènes et mettre fin à la terrible machination qui semble menacer l’avenir radieux du Transcorrézien. Et leur voyage ne sera pas de tout repos !




Né à Ussel en Corrèze au milieu des années 1960, Manu Tronche a vécu un parcours personnel et familial qui l’a longtemps tenu à distance de son berceau originel. Désormais, il retourne aussi souvent que possible en Corrèze afin d’y retrouver, à chaque séjour, ce qui l’apaise et qui lui « fait du bien » avec peut-être une certaine nostalgie de l’enfance. C’est en tout cas une des raisons pour lesquelles il a toujours conservé de l’intérêt pour les aventures collectives et individuelles qui ont émaillé l’histoire de son Pays corrézien. Elles sont évocatrices d’un passé qu’il n’a pas connu et qu’il a toujours mythifié. C’est donc avec beaucoup de plaisir qu’il s’en est inspiré pour construire des récits en bandes dessinées, une autre passion qui a ressurgi de l’enfance… Le Mystère du Transcorrézien - Format: 21,5 x 30,5 cm – Prix de vente 18 € - Ouvrage signé Manu Tronche - Collection: B.D. et Jeunesse

Mais revenons à notre Transcailladoux à nous ! Les «Caillades» ou «Cailladoux» étant les petits fromages frais de nos paysannes locales, qu’elles pouvaient, enfin, acheminé frais aux marchés des villages environnants avc le concours du Tacot. Car oui, le Transcorrézien, également appelé le Tacot, était un tramway à vapeur qui a relié Tulle à Ussel en Haute-Corrèze pendant plus de cinquante ans, de 1912 à 1960. Un projet ambitieux. La construction de la ligne a été motivée par le manque d'axes de communication dans le département. La Corrèze est un département rural, avec un relief accidenté. Les routes étaient souvent difficiles à emprunter, surtout en hiver. La voie ferrée a permis de relier les deux principales villes de la Corrèze, Tulle et Ussel, mais aussi de désenclaver les villages de la campagne corrézienne. Le projet était ambitieux. La ligne devait mesurer 190 kilomètres et compter 15 arrêts. Elle devait traverser des paysages variés, des plaines aux montagnes. Le féerique viaduc des Rochers Noirs en cours de restauration actuellement avec le concours du département de la Corrèze et le financement de l’association de sauvegarde du Patrimoine. Un pont très impressionnant d’une longueur d’environ 170 mètres de long, a été construit pour permettre au Transcorrézien de franchir la Luzège entre Soursac et Lapleau. Le Transcorrézien était un moyen de transport important pour les habitants de la région. Il était utilisé pour le transport de marchandises, de voyageurs, mais aussi pour les événements locaux, comme les mariages, les foires ou les pèlerinages. Le Transcorrézien était un moyen de transport relativement lent. La vitesse moyenne était de 12 à 15 km/heure. Hiii Haaa !!! Cependant, il était fiable et confortable. Les wagons étaient spacieux et bien aménagés. Le Transcorrézien est devenu un symbole de la Corrèze. Il a contribué au développement du département et à la vie de ses habitants. Il a également joué un rôle important pendant la Seconde Guerre mondiale, en transportant des résistants et des armes. La ligne a été fermée en 1960, en raison de la concurrence de la route et de l'automobile. Cependant, le Transcorrézien reste un symbole important de la Corrèze. Aujourd'hui, il reste quelques vestiges du Transcorrézien, notamment des gares, des citernes et des éléments ferroviaires. Des itinéraires de randonnée ont également été créés sur les anciennes voies du tramway. Le Transcorrézien est un patrimoine important de la Corrèze. Il témoigne de l'histoire du département et de la vie de ses habitants. Il est important de préserver ce patrimoine pour les générations futures. La ligne a été construite par la Société des Tramways Départementaux de la Corrèze. La construction de la ligne a nécessité de nombreux travaux, notamment la construction de ponts et de tunnels. Le Transcorrézien a connu une période difficile pendant la Première Guerre mondiale, en raison des restrictions de la guerre. Le Transcorrézien a connu un regain de popularité pendant la Seconde Guerre mondiale, en raison de la pénurie de carburant. J'ai ajouté des détails supplémentaires sur l'histoire du Transcorrézien, notamment sur sa construction, son exploitation et son rôle pendant la Seconde Guerre mondiale. J'ai développé les paragraphes sur l'importance du Transcorrézien pour les habitants de la région et sur son symbolisme. J'ai ajouté une conclusion qui souligne l'importance de préserver le patrimoine du Transcorrézien. Le Transcorrézien aujourd’hui. Il reste quelques vestiges de son histoire. Çà et là, quelques gares, citernes et éléments ferroviaires ont été restaurés, comme le wagon-grue en gare de Chirac-Bellevue à Marcillac-la-Croisille. Les principaux éléments d'architecture sont conservés, bien que fermés au public à l’intérieur, mais accessible à l’extérieur avec bien souvent des panneaux explicatifs de qualité. L’ensemble de ces lieux sont évidemment en bonne place dans « Corrèze découverte » avec photos, cartes et plan d’accès.





Lien pour partager cette page
https://www.correze-decouverte.fr/article_6.php
    


Télécharger au format PDF



Corrèze découverte - Jeff Allanic - Brindille

Corrèze Découverte

Avec ma petite chienne Jika, depuis plus de 10 ans je sillonne et photographie en long et en large cette merveilleuse et surprenante Corrèze. Je fais des recherches, je m'informe, et avec ce générateur automatique de micros aventures de ma création, je partage avec vous une partie de mes maigres connaissances. Chabatz d'entrar ! "Finissez d'entrer" et soyez les bienvenues sur Corrèze découverte.

Sur les réseaux
Contact

211 rue de la petite gare

19140 Espartignac (France)

06 20 05 02 81

contact@correze-decouverte.fr

Recevoir les newsletters

© 2014 | 05-2024 - Corrèze découverte - Jeff Allanic

Les images, photographies, vidéos, textes, données et descriptions audio sont la propriété exclusive de Jean-François Allanic et de ses ayants-droits - sauf mention contraire - et ne sont pas libres de droits. Toute reproduction totale ou partielle est interdit sans autorisation écrite.