Road-trip 3    Etape 24   Randonnée 187       Fiche à télécharger


Corrèze en plein coeur

Forêt de Blanchefort


19700 - Lagraulière



    

    Ce vaste site, récemment protégé pour ses intérêts archéologiques, légendaires et pittoresques, englobe la totalité du massif forestier de Blanchefort, grand massif de feuillus bien connu dans la région et dont l'équilibre écologique et paysager doit être sauvegardé. Il comprend également une belle portion du ruisseau du Brézou au nord et à l'est, ainsi que le hameau de Joujou au sud-est.

     Le ruisseau du Brézou qui prend sa source au nord de Seilhac se jette dans la Vézère au sud de Vigeois. Le secteur le plus pittoresque du ruisseau se situe en aval de l'ancien pont de Joujou, à l'est du site. Il s'agit d'un secteur très rocheux, avec de nombreux éboulis sur les pentes et dans le lit du cours d'eau qui donnent naissance à une série de rapides et à deux cascades majeures de deux mètres de haut environ. On rencontre ensuite des rapides, un chaos rocheux et une île boisée parsemée de rochers séparant le Brézou en deux bras.

  En aval jusqu'au moulin du Peyroux, le ruisseau présente des rapides associés à des blocs rocheux. Cet ancien moulin est alimenté par le ruisseau de Blanchefort, affluent du Brézou. À l'approche de la confluence de ces deux ruisseaux a été créée une cascade artificielle de trois mètres de hauteur, étroitement insérée dans un couloir rocheux. Plus en aval, le Brézou se resserre dans une vallée étroite, sinueuse et rocheuse aux nombreux rapides, qui borde le versant nord de la forêt de Blanchefort.

  Le massif forestier est entièrement composé de feuillus, notamment charme, châtaignier et chêne, avec une dominance du hêtre en futaie. Le sous-bois recèle de nombreux affleurements rocheux gneiss et d'importants blocs erratiques. De la végétation sous-arbustive se distinguent deux éléments prédominants: le houx et le muguet, ce dernier engendrant une importante fréquentation de la forêt aux alentours du 1er mai. Le massif comporte trois puys : le puy de la Chèvre (4-32 mètres d'altitude), le puy d'Anal (458 mètres) et le puy de Joujou (432 mètres). La forêt emprunte son nom au château de Blanchefort (site inscrit en 1945, voir p. 306) qui se dresse entre deux grosses tours rondes à 1,5km au nord-est du site, au sommet du vallon arrosé par le ruisseau de Blanchefort. Elle dépendait d'une forte châtellenie établie au XIIe siècle sur les terres de l'abbaye d'Uzerche par les puissants vicomtes de Comborn, au profit d'une branche cadette.

  Une légende rapporte qu'il y eut jadis à l'emplacement de la forêt une ville nommée «Tulle» qui fut détruite par la colère de Dieu à cause des méfaits de ses habitants. Louis de Nussac (1869-1951) en a relevé le tracé en 1895. Cette légende est inspirée de celle de Sodome et Gomorrhe, avec pour différence notable qu'une chèvre est substituée à la femme de Loth : la chèvre, effrayée par le bruit provoqué par l'écroulement de la ville, tourna la tête et fut aussitôt changée en un bloc de pierre, donnant ainsi son nom au «puy de la Chèvre». Une autre légende rapporte que les cloches échappèrent à la destruction de Tulle et roulèrent dans le Brézou, à un endroit où le ruisseau se resserre et forme un gour appelé le « Gour Nègre » ou le « Gouffre des Cloches». On n'a jamais pu les en retirer et on les entend encore sonner le jour des grandes fêtes religieuses.

  La forêt de Blanchefort possède également des vestiges de constructions, surtout au nord-ouest du site. Un fossé circulaire, accompagné d'une levée de terre de 1,5 mètre de haut environ, pourrait être l'emplacement d'une enceinte féodale. La légende parle d'un château dominant le Brézou à l'ouest et au nord, mais seuls des sondages ou des fouilles permettraient d'en préciser l'origine. Un chemin appelé «voie romaine» passe au moulin du Peyroux en direction du puy (413 mètres) et de la Vigerie face à la forêt de Blanchefort.

  En aval du Gour Nègre, sur la rive gauche du Brézou, à deux mètres de celui-ci, jaillit une source entre des blocs rocheux, dite «Fontaine de l'Ermite». Selon une croyance locale, l'eau guérirait des fièvres et de beaucoup d'autres maux. Les malades doivent visiter la source entre minuit et l'aube et déposer autour des offrandes, des ex-voto, de l'argent, du pam ou des petites croix de bois. La source aurait reçu ses vertus d'un ermite qui aurait établi son ermitage sur le talus qui domine la source. Cette fontaine est encore très fréquentée, comme en témoignent les vêtements et nombreux ex-voto déposés autour de la croix. L'ancien moulin du Peyroux est un bâtiment rectangulaire en moellons, à un étage, recouvert d'une toiture à deux pentes en ardoises.

  Le village de Joujou, situé au contact de la forêt de Blanchefort, est fermé au sud par un talus semi-circulaire où affleure le rocher. Il comprend cinq à six fermes traditionnelles: les corps d'habitation sont recouverts de toitures à quatre pentes en ardoises et les dépendances d'une toiture de deux pentes en ardoises. De plus, ce village est particulièrement pittoresque, en raison de sa topographie, et de la présence constante du rocher. On y trouve un «dolmen», qui n'est en fait qu'un amoncellement de blocs rocheux dont l'un d'entre eux forme une table au-dessus des autres. Selon la légende, le monument serait un autel destiné aux sacrifices. Il se dresse à moins de dix mètres d'un édifice agricole récemment construit, lequel lui procure un environnement plutôt anachronique.

  La forêt de Blanchefort est sillonnée de nombreux chemms qui offrent de belles randonnées sauvages. On y accède depuis Lagraulière par la D167 pour se rendre au nord du massif moulin du Peyroux ou Fontaine de l'Ermite, ou par la D34 pour le sud hameau de Joujou.

  Un sentier de découverte de 4,5 km a récemment été aménagé au départ du pont sur le Brézou, peu avant la Fontaine de l'Ermite. Des livrets sont disposés dans une boîte près du parking, et décrivent également une randonnée dans la vallée du Brézou, en amont du massif de Blanchefort.

  Comme tout site forestier, il peut se visiter tout au long s de l'année, le rythme des saisons offrant toujours des ambiances différentes. La diversité de la flore et de la petite faune, notamment liée à la forte présence de l'eau, s complète les attraits légendaires et historiques du site.

  Participer à la rédaction de ce texte







  Très prochainement, ici, la liste des lieux à visiter dans le détail.