Faisons quelques pas ensemble


    


   « Marcher » est avant tout l'action de base, consistant techniquement à se déplacer à pied. Je vous épargne une description plus détaillée, je pense que tout le monde comprend de quoi il s'agit.

   Par contre « Se promener », ou « faire une promenade », consiste à se déplacer pour le plaisir, pour découvrir des lieux, pour ressentir pleinement, seul ou à plusieurs, pour profiter et partager la légèreté et l'insouciance de l'instant. Être libre et heureux. Quel beau programme !

   Après cette petite leçon de français, passons au bonheur sans limite de découvrir, un pas après l'autre, de magnifiques paysages, d'étonnants lieux, des horizons féeriques, des atmosphères surprenantes.

   Un mot : « Plaisir ». Voilà ce que je vous offre dans cette partie de mon blog. Se promener selon votre degré de forme physique, pour le plaisir des yeux et des oreilles, pour s’épanouir, pour l'aventure du jour, pour découvrir ou redécouvrir la nature, la faune, la flore, notre patrimoine bâti ou culturel. Pour des visites de lieux, de musées, de villages et de centres un peu plus urbains. Au grès des saisons, de votre petite équipe, de votre état d'esprit, de votre disponibilité. Pour faire une petite halte, profiter des paysages et des panoramas, se promener sur quelques centaines de mètres, sur plusieurs kilomètres de sentiers balisés de grandes randonnées, parcours de randonnées de pays, sur le fameux Camino, le chemin de Saint Jacques de Compostelle ou des sentiers balisés par des associations et organismes locaux. Le choix est donc très vaste.

   Si vous avez tout autant de plaisir que moi, à profiter de cette multitude de balades enchanteresses. Alors l'essence même de ce blog et la mise à jour de ces très nombreuses idées de sorties sur ce site web est une réussite pour moi. A votre tour, devenez les ambassadeurs de la Corrèze, en en parlant autour de vous, ainsi que de partager vos escapades personnelles sur les réseaux sociaux. Je vous en remercie par avance.

Maintenant, c'est à vous de choisir votre destination !


Les secteurs géographiques



Comment ça marche ?


Étant donné le nombre important de lieux actuellement disponibles et afin d'accélérer le chargement des pages, il vous faudra

selectionner un secteur géographique parmi les 17 road-trips de couleur bleue.

La page va se réactualiser avec le secteur géographique choisi.





Les catégories


  Panorama

Pour le plaisir des yeux

  Coup d'oeil

Quelques pas

  Promenade

Inf. < kilomètre

  Randonnée

Sup. > kilomètre

  Visite

Gratuite ou payante






Actuellement 21 réponses sur ce Road-trip N° 6



Balade dans Brive-la-Gaillarde

  La ville de Brive s'est développée autour d'un cœur historique au tissu urbain médiéval serré, qu'est venu ceinturer un boulevard circulaire planté de grands arbres et bordé de jardins «urbains» publics et privés. Le site comprend cet unique exemple de ceinture verte en Limousin - boulevard et jardins voisins - ainsi que plusieurs places s'y accrochant. La place Krùger et le parc Monjauze, espaces urbains dissociés de ce premier ensemble, ont été protégés antérieurement aux boulevards, par simple inscription dans les années 1940, mais ont perdu de leur intérêt après de considérables transformations.

  Découvrir cet endroit  







Grotte Saint-Antoine

  Les grottes saint Antoine

  Sur l'ancienne route de Toulouse D2O, direction Noailles, aux portes de Brive, entre ville et campagne, cet endroit est plein de charme et de spiritualité : c'est le seul lieu de pèlerinage en France au bon saint Antoine de Padoue qui s'arrêta ici et y fonda un couvent. C'est d'ailleurs là, alors qu'il n'y avait plus rien dans la cuisine pour préparer le repas, qu'il envoya une servante chercher des légumes au jardin et que celle-ci revint avec des oignons sans être mouillée alors qu'il tombait à verse : ce miracle des oignons est toujours commémoré chez les frères franciscains de Brive le 24 août, dans le site des grottes où saint Antoine avait aimé se retirer loin du monde. Aujourd'hui encore, ce lieu, presque hors du temps, surprend par son atmosphère baignée de calme, où l'eau qui ruisselle des grottes donne naissance à une végétation luxuriante. Des statues de fonte peinte, installées à la fin du XIXe siècle, surgissent de la verdure et créent l'étonnement propice à la réflexion.

  Découvrir cet endroit  




Parc des Perrières

  Site des Perrières sur les hauteurs de la cité gaillarde.

  Au-dessus de la gare de Brive, un autre lieu vous convie à la découverte d'un morceau de campagne près de la ville : les Perrières. Ce fut un lieu d'extraction de la pierre (en langue d'oc, «perrière» veut dire carrière de pierre), le brasier, qui servit à la construction d'une bonne partie de la ville au XIXe siècle. Sur plusieurs murs de « front de taille » sont encore bien visibles les traces de pics des carriers, l'eau ruisselle sur les parois. Cet endroit est aménagé en une agréable promenade et les Brivistes s'y retrouvent nombreux, pour pique-niquer les soirs d'été, quand la ville suffoque de chaleur dans sa cuvette.

  Découvrir cet endroit  







Le trop plein de Rotassac

  Un arrêt ayant une magnifique vue sur la fin du lac du Causse. Devant vous se trouve un étrange monument à fleur d'eau, ou plutôt en forme de fleur. Il s'agit simplement du déversoir de trop plein du lac. Mais il donne un aspect original au site. Mais la petite pépite est surtout en face de vous, à mi-hauteur, dans la végétation.

  Les ruines du château médiéval de Couzages ont été classées au titre des monuments historiques en 1996. Gardien de la vallée •- et plus largement de la vicomte de Turenne avec les châteaux de Chavagnac en Péngord et de Lissac, l'ancien château fortifié apparaît de nos jours discrètement au-dessus de la vallée de la Couze dont il tire son nom. Niché dans l’écrin boisé de la forêt de Couzages à la végétation peu commune en Limousin (chêne pubescent, sorbier terminal ou encore érable de Montpellier) et à ce titre inventoriée comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique -, il semble désormais plus soumis aux effets du temps, notamment la végétation, que menaçant ou défensif.

  Découvrir cet endroit  







Le village de Lissac-la-Couze

  Sur la rive nord du lac du Causse, à mi-pente du puy de Marimont et en lisière du bourg de Lissac-sur-Couze, le site comprend un château inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1997 datant principalement du XVe siècle et la petite église inscrite en 1972 •- qui le jouxte, ainsi que les jardins en terrasses et les pentes qui rejoignent le plan d'eau à vocation touristique de 90 ha, créé sur la vallée de la Couze en 1975.

  Découvrir cet endroit  










Le village de Chasteaux

  Nichée au cœur du pays du Causse corrézien, dans un paysage aux accents méridionaux bien différent des paysages limousins habituels, la butte de Chasteaux émerge très distinctement des reliefs alentour. Le site comprend ce «pain de sucre », le petit village et l'église Saint-Christophe datant du XVe siècle sur ses hauteurs, ainsi que les terres qui l'entourent et préservent la lisibilité de la silhouette du piton et du bourg. Il englobe également une partie du lac du Causse, créé 30 ans après la protection du site, en 1975, sur la Couze.

  Découvrir cet endroit  
















Le gouffre de la Fage

  Le gouffre de La Fage

  Lieu étrange, fascinant, merveilleux... et frais par jour de grande chaleur !

  A deux pas de Brive, ce gouffre médiatiquement plus modeste que celui de Padirac son voisin du Lot, est tout aussi intéressant.

  Une promenade le long des couloirs, puis des chambres aux concrétions pour certaines multicolores vous fera découvrir un autre monde.

  Découvrir cet endroit  




Le village de Noailles

  Localisé au sud du bassin de Brive et au nord du Causse de Martel, le site comprend le château de Noailles et ses abords: le parc, l'église Saint-Eutrope, la place et le cimetière, la rue des Frères Deheille l'actuelle D158, l'espace public voisin et quelques bâtiments anciens. Le site est le berceau de la famille des ducs de Noailles, qui est restée propriétaire du château jusque dans les années 1980. Remontant au XIIIe siècle et faisant partie des plus anciennes seigneuries du Bas-Limousin, cette famille compte de nombreuses personnalités: chevalier, archevêque, conseiller politique, diplomates, ministre, député, écrivains et académiciens.

  Découvrir cet endroit  




Les grottes de Ligniroux

  Sur l'ancienne route de Toulouse 0920, direction Noailles, puis direction à gauche grottes de Lamouroux Brive-la-Galllarde. Vous voici devant les Grottes de Lamouroux.

  Depuis l'ancienne route de Toulouse, en venant de Brive, un ancien chemin charretier, menant à Noailles, longe une petite falaise de grès. Cette roche détritique, à grains irréguliers, de tonalité gris beige, est relativement facile à creuser au pic et à débiter en blocs. A Brive, ce matériau, sensible à l'humidité et assez friable, porte Pénigmatique nom de « brasier ». Les maisons construites avec cette pierre, au cours du XIXè siècle, se nomment « maisons brasiers ».

  Découvrir cet endroit  




La vallée de Planchetorte

  Située au sud de Brive, la vallée de Planchetorte constitue de prime abord un étonnant paysage rural de petite montagne. Les reliefs escarpés, les vallons verdoyants, le fond de vallée plat, calme et frais paraissent d'autant plus pittoresques qu'ils contrastent grandement avec les paysages urbains de la cité voisine. En compléments de ces atouts paysagers évidents, le site abrite des richesses historiques et scientifiques qui ont également prévalu à sa protection: des dizaines de cavités grottes, abris sous roche ,creusées dans les falaises de grès et cachées sous une végétation exubérante, restent méconnues des promeneurs non avertis. D'autre part, l'intérêt écologique de la vallée est attesté par son inventaire en ZNIEFF - zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

  Découvrir cet endroit  




Panorama autour du château de Turenne

  Ce site est actuellement le dernier à avoir été classé en Corrèze, et l'un des plus prestigieux du département. Il a englobé, mais en élargissant considérablement leur périmètre à tel point que l'objet de la protection n'est plus comparable, trois sites inscrits dans les années 1940 dont l'un avait en partie été conforté par un classement en 1953 : le château du Peuch à Ligneyrac et celui de Linoire à Turenne, le bourg de Turenne puis sa vieille place.

  A la rencontre de trois régions Limousin, Périgord et Quercy, la ville de Turenne occupe une position clef sur l'axe nord-sud de la vallée de la Tourmente: bâtie sur un promontoire rocheux, elle domine en vue lointaine la vallée de la Dordogne.

  Découvrir cet endroit  




Le village de Turenne

  À l'ouest, la falaise rocheuse du Causse de Martel, dont le promontoire de Turenne est une butte-témoin, forme la Limite topographique occidentale du site. Deux emplacements stratégiques ont été utilisés pour compléter la défense de la vallée: juché sur une avancée du Causse, le château de Linoire, à 1 km au sud de Turenne, commandait la frontière Quercy-Limousin et jouissait d'une position de poste avancé sur la vallée de la Dordogne. Plus au nord, le château actuel de La Peyrouse, adossé à une falaise calcaire et dont la façade blanche s'inscrit dans le paysage de rebord du Causse, est bâti à l'emplacement d'une ancienne tour de guet. Celle-ci surplombait la combe qui la séparait de Turenne.

  Découvrir cet endroit